Make your own free website on Tripod.com

 

Retour à la page index du site des arts plastiques.

5. La Chimie de la couleur

Retour à la page Introduction a la couleur.

" En réalité, on travaille avec peu de couleurs, Ce qui donne l'illusion de leur nombre, c'est d'avoir été mises à leur juste place." Pablo Picasso
 
La chimie peut être définie bien simplement comme un changement de composition de la matière. La physique est alors complémentaire de la chimie ; tout phénomène qui n'est pas chimique est physique.
5.1 La synthèse soustractive

Cette synthèse est nommée soustractive pour la raison suivante, plus on ajoute de pigments de différentes couleurs plus on obtient de saturation donc, plus on soustrait de la lumière.

Fait intéressant à noter, le cercle chromatique pigment est symétrique et complémentaire au cercle chromatique lumière. En effet, les couleurs primaire pigment du cercle soustractif deviennent les couleurs secondaires lumière dans le cercle additif. Et les couleurs primaires lumière du cercle additif deviennent les couleurs secondaires pigment du cercle soustractif. En fait les couleurs se retrouvent entièrement inversées, chacune prend la place de sa complémentaire, soit la couleur exactement à l'opposé dans un cercle chromatique.

Pour les corps colorés, tels que les couleurs employées en peinture, la portion de lumière absorbée correspond toujours à la couleur complémentaire de la nuance colorée qui est réfléchie. En soustraction, nous atteignons le noir lorsque les trois couleurs fondamentales sont au maximum de leur saturation.

Nous avons vu dans la synthèse par addition qu'il y avait six couleurs de base, trois primaires et trois secondaires. Dans la synthèse par soustraction, il existe aussi six couleurs fondamentales.

Dans les deux cas, il s'agit des mêmes couleurs, la différence résidant dans l'inversion des primaires et des secondaires.

Ainsi les primaires lumière: Rouge, Bleue et Verte deviennent les secondaires pigment, tandis que les secondaires lumière Cyan, Magenta et Jaune, deviennent les primaires pigment.

5.2 Les couleurs pigments et leurs propriétés

Le point de départ de la synthèse soustractive est le blanc; toute matière qui se trouve d'une façon ou d'une autre interposée entre la source lumineuse et la surface blanche correspond à une diminution des ondes visibles. On assiste alors à une soustraction d'ondes lumineuses d'où le terme synthèse soustractive.

L'apparition d'une couleur pigment naît toujours d'une soustraction d'une composante spectrale de la lumière visible. Nous parlons de transmission lorsque les rayons lumineux traversent un milieu donné, et de réflexion lorsque les rayons sont renvoyés, réfléchis par une matière.

5.2.1 La teinte
La teinte correspond au positionnement de la couleur dans le cercle chromatique

5.2.2 La saturation
La saturation correspond au degré d'intensité de la couleur

5.2.3 La clarté
La clarté permet la mesure de la valeur du degré d'absorption ou de réémission de la lumière

5.2.4 La permanence
Résistance d'un pigment exposé à la lumière.
Plus un pigment est exposé à la lumière et plus son intensité chromatique diminue.

5.2.5 Opacité
Imperméabilité totale à la couleur.
Degré de filtration extrême de la lumière et de la couleur.
Aucune longueur d'onde ne passe au travers du pigment.

5.2.6  Translucidité
Imperméabilité partielle à la couleur.
Une partie des longueurs d'onde est filtrée par le pigment , les couleurs ne passent pas sauf la clarté de la couleur.

5.2.7. Transparence
Perméabilité à la couleur.
Le pigment permet le passage  de la couleur sous-jacente pour donner par soustraction des longueurs d'onde une autre couleur.

5.2.8  Pouvoir de dispersion
Capacité chimique d'une couleur quant à sa vitesse de dissolution dans les liquides, les liants, les médiums, adjuvants, etc.

5.2.9  Résistance chimique
Capacité chimique d'une couleur et de ses composantes à résister aux éléments et aux intempéries.

5.3 Le cercle chromatique des couleurs pigments

5.3.1 Couleurs primaires

La méthode la plus simple et la plus couramment acceptée dans l'application théorique des couleurs pigment ? Le système des trois couleurs primaires. Ce système est basé sur l'existence de trois couleurs pures à partir desquelles il est possible de produire toutes les autres couleurs. Ces trois couleurs ne peuvent être décomposées et représentent l'essence originelle du phénomène de la couleur pigment.

Les couleurs soustractives fondamentales sont le Jaune, le Magenta et le Cyan. Chacune d'elle réfléchit les deux tiers du spectre et en absorbe un tiers. La couleur pigment Cyan réfléchit la couleur lumière Bleue et la couleur lumière Verte et absorbe la lumière Rouge. La couleur pigment Jaune réfléchie la couleur lumière Verte et couleur lumière Rouge et absorbe la couleur lumière Bleue. La couleur pigment Magenta réfléchit couleur lumière Bleue et couleur lumière Rouge et absorbe la couleur lumière Verte.

J : Jaune
M : Magenta
C : Cyan

5.3.2 Couleurs secondaires

V : Vert
R : Rouge
B : Bleu

5.3.3 Couleurs tertiaires

RM : Rouge magenta
BM : Bleu Magenta
BC : Bleu Cyan
VC : Vert Cyan
JV : Jaune Vert
JR : Jaune Rouge (Orange dans le langage courant).

5.3.4 Couleurs complémentaires

Dans le cercle chromatique ce sont les couleurs qui se retrouvent exactement
sur le même axe mais en opposition.
R : C
V : M
J : B
VC : RM
JV : BM
JR : BC


5.3.5 Tons rompus

Un ton est rompus lorsqu'on retrouve dans un pigment les trois couleurs primaire pigment.

5.3.6 Tons délavés

Un ton délavé est un ton dans lequel on effectue une désaturation pour le rendre plus pâle. Ainsi on ajoutera de l'eau à un pigment pour faire ressortir le blanc de la surface sous-jacente. Par extension on utilise aussi ce terme pour signifier l'ajout de blanc à un pigment. Dans ce cas on devrait plutôt parler de tons gris car quand on ajoute du blanc à un pigment ce dernier devient opaque
et fait alors partie de la famille des gris

5.3.7 Gris colorés
Un gris est dit coloré lorsqu'en plus des opacifiant noir et blanc qui le compose, on ajoute un pigment de couleur.

5.4 La synthèse partitive
(Addition et soustraction simultanées)

"Les couleurs des corps colorés dont la chromaticité naît toujours d'un processus de soustraction de certaines zones du spectre de la lumière blanche peuvent également être mélangées sur le mode additif. Ce ne sont pas les corps colorés eux-mêmes qui se mélangent sur le mode additif mais les ondes qu'ils réfléchissent,
Cette synthèse additive de couleurs soustractives peut se produire par rotation rapide d'un disque coloré, par dispersion de couleurs en points minuscules ou par juxtaposition de lignes colorées, c'est-à-dire des surfaces suffisamment petites pour ne pas être perçues comme telles par l'oeil. (Ex: imprimerie}
Les mélanges chromatiques ainsi formés sont alors plus différents, plus lumineux et plus purs que le mélange pigmentaire produit avec les mêmes composantes initiales,"

Harald Küppers