Make your own free website on Tripod.com

 

Saturation, Saturé
Sanguine
  • Terre naturelle et /ou terre brûlée et oxyde de fer. 
    La sanguine est l’une des nombreuses couleurs de terres rouges. 
    On la trouve dans les régions volcaniques. 
    La combustion naturelle des roches ferro-argileuses crée un oxyde rouge. 
    Les nuances de couleurs sont déterminées par le rapport entre les composés. 
    D’autres nuances sont également obtenues par brûlage. 
    Le terme sanguine est dérivé du nom d’un herbage vivace, la sanguinaria. 
    Le rhizome de cette plante contient un latex rouge. 
    La craie de couleur sanguine est généralement connue sous le nom de craie rouge.
  • Voir aussi crayon et pigment.
Schéma
Sculpture
  • Art de s'exprimer par le volume, la forme ou le mouvement, en trois dimensions.
  • C’est l’art de tailler des matières dures ou de modeler des matières molles selon une forme définie. 
    C’est également un des moyens les plus simples que l’homme emploie pour s’exprimer.
  • Voir aussi bas-relief, haut-relief, ronde bosse.
Sépia
  • À l’origine, la sépia était tirée de la poche à encre de la seiche; à l’heure actuelle, on la prépare synthétiquement à partir de terre brûlée et de produits carbonisés.
  • Voir aussi encre et pigment.
Sérigraphie
  • Procédé d'impression à plat qui s'apparente à la technique du pochoir
    L'artiste compose un motif sur un écran (à l'origine en soie) à l'aide d'un masque constitué par un pochoir ou de la colle éventuellement mélangée à un solvant.
    On place une feuille de papier sous l'écran, puis on étale l'encre sur toute la surface de celui-ci avec une raclette.
    Lorsque la raclette passe sur les parties non masquées, l'encre traverse l'écran et se dépose sur le papier placé dessous, selon la forme du dessin.
    On se sert aujourd'hui, également de procédés photochimiques.
  • Voir aussi gravure.
Sfumato
  • La toile est couverte d’une succession de « lavis » de vernis à l’huile qui suggèrent le relief et traduisent subtilement les ombres et les lumières comme si le fond du tableau se couvrait de vapeur, de fumée légère, de brume.
    Léonard de Vinci porta cette technique, ancêtre du clair-obscur, à sa perfection.
Sgraffite
  • Procédé de dessin qui consiste, après avoir superposé deux enduits de couleurs différentes, à gratter la couche supérieure pour laisser apparaître la couche sous-jacente.
  • Procédé (effet) de décoration en camaïeu, obtenu par grattage d'un enduit clair sur un fond sombre.
Silhouette
  • Contour, lignes générales d'un corps ou d'un objet.
Sinueuse
  • Qui présente une suite de courbes irrégulières dans des sens différents.
  • Voir aussi ligne.
Soluble
  • Qui peut se dissoudre à l’eau.
Soustraction
  • Opération de retrancher de la matière.
Spatial
Spatule
  • Instrument métallique mince et flexible employé en peinture.
Spectre solaire
  • Suite de couleurs correspondant à la décomposition de la lumière blanche par un prisme. 
    On y associe généralement les sept couleurs de l’arc-en-ciel.
  • Voir aussi couleur.
Sphère
  • Volume en forme de boule.
Spirale
  • Courbe non fermée, composée d'arcs de cercles raccordés, une ligne en spirale.
  • La notion de spirale peut nous être donnée, dans la nature, par les vrilles de la vigne, certaines cornes d’animaux, les coquilles (ammonite, nautile, escargot); en mécanique, par le ressort d’une montre ou d’une pendule. 
    La spirale est une courbe non fermée qui s’écarte de plus en plus de son point de départ, en faisant un certain nombre de révolutions autour de ce point.
Spontané
  • Que l’on fait de soi-même, sans être incité ni contraint par autrui.
Stabile
  • Le stabile est une oeuvre tridimensionnelle composée d'une ou de plusieurs formes maintenues dans l'espace, et en équilibre sur une ou plusieurs tiges.
  • Est un objet qui repose sur une surface de manière ferme, stable.
Style
  • Manière particulière à un artiste, une époque.
  • Aspect de l’expression chez un peintre dû à la mise en oeuvre de moyens d’expression dont le choix résulte, dans la conception classique, des conditions du sujet et du genre, et dans la conception moderne, de la réaction personnelle du peintre en situation.
Stylet
  • Instrument à lame mince et pointue.
Superposition
  • Placer des lignes, des formes, des couleurs les unes sur les autres.
  • Elle permet des résultats tout à fait particuliers. 
    Par exemple, le vert obtenu par superposition d’un bleu ou d’un jaune transparent, après séchage du bleu, est différent du vert obtenu par mélange du bleu et d’un jaune avant application. 
    Le premier à une luminosité, un éclat bien supérieur au second. 
    Une trame placée sur un aplat fournit un effet singulier; un crayonnage léger, par hachure, avec un crayon graphite dur sur lequel se superpose un autre crayonnage en sens contraire aura un résultat très distinct d’un crayonnage appuyé avec un crayon graphite tendre, etc. 
    Les superpositions peuvent se faire de façons différentes. 
    Il est conseillé, de toute façon, de toujours commencer par les teintes les plus claires.
  • Voir aussi organisation de l'espace.
Support
  • Tout plan ou tout matériau qui soutient la couche picturale ou qui peut être investi plastiquement.
  • C’est la base sur laquelle une oeuvre est effectuée. 
    Cette base peut être opaque, translucide ou transparente. 
    Une base opaque ne laisse pas passer la lumière: tels sont la plupart des papiers, le bois et le carton. Une base translucide, le papier de soie, par exemple, laisse traverser la lumière mains ne permet pas de distinguer les formes. 
    Quant à la base transparente, il s’agit d’un support, comme le verre ou le papier cellophane, qui laisse passer la lumière et à travers lequel on peut voir distinctement les formes.
Surface
  • Portion d'espace occupée par une forme sur un support bidimensionnel.
  • Partie apparente d’un espace à deux dimensions délimité par un contour.
Symétrie
  • On parle de symétrie lorsque des formes identiques et d'égale grosseur sont placées à égale distance de part et d'autre d'un axe de symétrie ou d'un centre de symétrie (on l'appelle alors symétrie pure).

  • On peut reconnaître la symétrie pure en observant le jeu des formes dans un kaléidoscope.

  • Correspondance exacte en forme, taille et position de ses parties opposées, distribuées régulièrement selon un axe ou autour d’un centre. 
    Symétrie axiale: Symétrie se rapportant à un axe. L’axe d’une symétrie est toujours l’axe d’une affinité inverse de rapport égal à 1/1. Les distances respectives des objets symétriques à leur axe sont égales et mesurées perpendiculairement à cet axe: la transformation est de rapport égal à 1/1.
    Symétrie centrale: Symétrie se rapportant à un centre. Le centre d’une symétrie est toujours le centre d’une homothétie inverse de rapport égal à 1/1. En effet, les distances respectives des objets en symétrie centrale à leur centre de symétrie sont égales: le rapport de transformation est de 1/1. Les objets sont opposés relativement au centre de symétrie: l’homothétie est inverse.
    Symétrie plane: Symétrie se rapportant à un plan. Le plan de symétrie est toujours le plan d’affinité inverse de rapport 1/1. Les distances respectives des objets symétriques à leur plan de symétrie sont égales et mesurées perpendiculairement à ce plan: la transformation est de rapport 1/1. Les objets sont opposés: l’affinité est inverse.

  • Voir aussi asymétrie.