Make your own free website on Tripod.com

 

Je me nomme Robin Rousseau et je suis enseignant en arts plastiques depuis 1995, pour des élèves au secondaire. 

 

Vous découvrirez dans ce site, des travaux sélectionnés pour leurs qualités visuelles

S'il vous plait, sélectionnez l'une des rubriques ci-dessous.

Mes attentes.

Selon le Ministère de l'Éducation des Loisirs et des Sports.

Message pour les parents des élèves de première secondaire.

 

Mes attentes.

     C’est par des travaux dirigés et par des exercices pratiques et théoriques que l'enfant découvre ses capacités créatrices. 

    En arts plastiques, il est très important de s’engager à fond, de nourrir le désir d’apprendre tout en  développant  un intérêt pour cette discipline.

     Ce que j'apprécie le plus de l'enfant, c’est le souci de donner le meilleur de lui-même en fournissant un travail de qualité.

      Grâce aux arts plastiques, l'élève apprend à mieux se connaître. Il pratique de nouveaux gestes et de nouvelles techniques qui lui permettent de dire plus efficacement ce qu'il pense et ressent. 

      Il acquiert de nouvelles façons de créer. Il apprend à lire et à apprécier ses réalisations, celles des autres élèves, ainsi que celles des maîtres. 

     Il découvre la vie des artistes et leurs oeuvres.

Haut de la page...

Selon le Ministère de l'Éducation des Loisirs et des Sports

     L’art est la force dynamique du programme, et la démarche artistique est le modèle sur lequel s’appuient les activités inhérentes à l’enseignement des arts plastiques. 

     « L’éducation artistique », écrit Piaget, « doit être avant tout, l’éducation de cette spontanéité esthétique et de cette capacité de création dont le jeune enfant manifeste déjà la présence; et elle ne peut, moins encore que toute autre forme d’éducation, se contenter de la transmission et de l’acceptation passive d’une vérité ou d’un idéal tout élaboré : la beauté comme la vérité, ne vaut que recréée par le sujet qui la conquiert . »

     L’art est un grand agent éducateur. L’éducation artistique est un processus totalisant; elle allie l’activité intellectuelle à l’activité manuelle, en les fondant dans un processus créateur. Elle permet l’expérience esthétique.

     Il serait donc inconcevable qu’un programme d’enseignement des arts plastiques ne soit orienté que sur la transmission de connaissances et l’utilisation de techniques, se dissociant ainsi de l’éducation artistique, soit de l’expérience artistique véritable.

     Ainsi, ce programme comporte l’apprentissage du langage et l’utilisation des techniques propres à la discipline, l’exploration de l’univers sensoriel, le développement de l’imagination et de la créativité, l’expérience esthétique. Il est constitué de toutes les activités qui engagent l’élève à faire et à voir l’image, à en reconnaître l’idée.

Haut de la page...

Message pour les parents des élèves de première secondaire.

Octobre 2006

Bienvenue à ce billet d'information au sujet de votre enfant. Je suis heureux que vous vous soyez déplacés "virtuellement" pour lire mes commentaires au sujet des élèves. Aussi j'ai pensé vous écrire ce court bulletin de nouvelles  au sujet de mes groupes de première secondaire.

Le début des années scolaires se ressemble tous sur certains points. En gros, vos charmants petits sont en excellente forme, ils ont beaucoup d'énergie, beaucoup de jasette et sont pleins d'enthousiasme. Ils semblent très heureux d'être à l'Académie et  parfaitement adaptés à leur nouvelle réalité au secondaire.

Les élèves semblent bien comprendre mes attentes au sujet des travaux et de leurs évaluations. Avec la réforme au secondaire, les travaux sont évalués sur plusieurs critères (compétences) et selon quatre niveaux. Le premier des quatre niveaux, la cote 1 prouve que l'élève est bien au-delà des attentes du professeur. Le deuxième niveau, la cote 2, démontre que l'élève répond aux attentes normales de son niveau scolaire. Le troisième niveau, la cote 3, attire l’attention à l'élève qu'il éprouve un peu de difficulté, mais n'est pas en échec. Le dernier niveau, la cote 4, signale que l'élève éprouve de sérieuses difficultés. L'élève dans son parcours peut avoir des cotes qui sont variables dans des travaux différents et dans une même compétence. L'objectif premier pour l'élève, c'est de progresser. Il est à noter que les travaux des élèves ne sont jamais évalués sur la beauté, mais sur des critères énoncés avant la production de leur réalisation (tâche).

Voici les points sur lesquels j'ai dû insister depuis notre première rencontre : le cours d'arts n'est pas une matière comme les autres, c'est un complément sur les savoirs que doivent acquérir nos jeunes durant ses années au secondaire. Le local d'arts plastiques n'est pas un local comme les autres, c'est un atelier avec tout ce que cela comporte comme situations problématiques pour nos enfants : manipulations d'outils et de produits salissants. Comme dans tout autre cours/matière, quand on veut la parole, on lève la main et on attend son tour. Quand quelqu'un parle, on écoute et si on veut ajouter un commentaire, on lève la main et on attend en silence d'avoir le droit de parole. Quand un élève désire se lever pour quelque chose, il doit aussi demander l'autorisation.

Vous croyez que j'exagère ? Vous auriez dû voir et entendre la cohue de la rentrée !!! 

Évidemment, personne ne leur avait jamais dit ça auparavant... Bon, de ce côté-là ça va, un peu mieux. 

Autre point à améliorer : les questions, ils sont "questionneux" comme j'ai rarement vu et c'est là une belle observation et un signe d'intelligence, mais cela pose aussi des problèmes. Je vous donne un exemple, si je dis : "Nous allons travailler avec la règle de 30 cm et le crayon HB", aussitôt ça commence :

- J'ai pas ma règle...
- Ma règle est cassée...
- Une règle de 15 cm, ça fait-tu ?
- Un pousse-mine, c'est-tu correct ?
- Un crayon à l'encre, ça fait-tu ?
- Est-ce à finir en devoir ?
- Est-ce que ça compte ?
- Va-t-il y avoir une tâche intégratrice là-dessus ?
- Peut-on le faire en équipe ? etc. ,etc.

Remarquez que j'ai juste dit : une règle de 30 cm et crayon HB et que je n'ai pas encore expliqué le travail à faire… Ils se trouvent drôles et prétendent, en rigolant, que c'est parce qu'ils veulent bien faire le travail… Ce qu'ils ne voient pas, ce sont les conséquences. Si chacun de mes élèves (35 élèves par groupes X par 10 groupes...) veut s'exprimer et avoir leurs quelques minutes de brouhaha et d'attention, on perd vite de précieuses minutes qui font qu'actuellement, quelques élèves ne terminent pas le travail en un temps normal. En agissant ainsi, ils ne développent ni autonomie ni confiance en soi face à un travail scolaire. Poser des questions oui, mais après les explications du travail à réaliser.

 Côté scolaire, ça va bien. Ils sont brillants et "performants". Les travaux en classe sont, pour la plupart, de très bonnes réalisations. Au risque de paraître contradictoire, c'est probablement une conséquence de leurs millions de questions. Quelques-uns réussissent un peu moins bien et règle générale, ce sont ceux-là qui parlent le plus en classe… Je le répète, l'évaluation des travaux n'est pas faite sur la beauté du travail, mais selon des critères (notions théoriques) et des consignes que nous avons déjà vues en classe. Un élève qui n'a aucun talent en arts plastiques peut très bien réussir son cours s'il respecte bien les consignes de travail données par son prof. D'un autre coté, un élève qui a des talents innés en arts plastiques et qui n'en fait qu'à sa tête ne va pas nécessairement très bien réussir son cours…

En ce qui concerne les devoirs (qui sont peu nombreux), dans l'ensemble, ils les font bien sauf pour quelques-uns qui préfèrent prendre du bon temps et ne croient pas la pertinence de ces petits exercices. Vérifiez donc avec votre enfant les notions théoriques dans son Duo-tang. Il pourrait par exemple, vous les expliquer. Jetez par le fait même un regard sur les exercices. Sont-ils bien réalisés et respectent-ils les consignes?

Si un enfant ne fonctionne pas bien en classe, je communique avec vous soit par l'entremise de l'agenda, soit par courriel ou par une feuille qui explique la situation de votre enfant ou même par téléphone dans des situations plus extrêmes.

Une dernière précision : si la note au bulletin de la première étape n'est pas très bonne, on ne panique pas, on retrousse les manches (au sens propre comme au figuré) et on s'améliore en vue de la deuxième étape et surtout pour être fier de son travail réalisé à l'Académie.

Bref, tout va de mieux en mieux et la très grande majorité de mes jeunes aiment le cours d'arts plastiques. Ils s'adaptent à cette nouvelle réalité que même qu'à 35 enfants brillants dans une classe, on ne peut pas avoir autant d'attention qu'avant, qu'on ne peut être tous des chefs et qu'il faut partager l'attention des professeurs.

Au plaisir de vous parler bientôt
Haut de la page...

 Retour à la page d'accueil